LEONARD sacré !

La très attendue exposition-rétrospective du Louvre a nécessité 10 ans de préparation et rassemble quelques peintures célébrissimes, beaucoup de dessins et d’études, des plans et des carnets, preuves d’une activité scientifique incessante et d’une pratique artistique perfectionniste et parfois inachevée, ainsi que des œuvres de quelques artistes contemporains, dont l’impressionnant grand relief de bronze l’Incrédulité de Saint Thomas de Verrochio qui ouvre l’exposition.

St Thomas - Verrochio
Le Christ et St Thomas – Bronze –
Andrea del Verrocchio (1435-1488)

Lionardo di Ser Piero da Vinci, Léonard, fils de Messire Piero, né à Vinci en avril 1452 , est (selon le catalogue de l’exposition au musée du Louvre) l’icône de la peinture européenne et l’une des plus hautes figures de la Renaissance italienne. Élève du sculpteur Andrea del Verrochio à Florence, il s’établit ensuite à Milan où, au service de Ludovic Sforzza, il peignit la Vierge aux rochers et l’ouvrage qui le rendit célèbre : la Cène. Puis, de retour à Florence, il y réalisa les œuvres qui firent sa renommée : sa Sainte Anne, la Joconde, la bataille d’Anghiari et son Saint Jean Baptiste. De retour à Milan en 1506, après un séjour à Rome, il quitta finalement l’Italie à l’invitation du roi de France, François Ier et finit ses jours à Amboise en 1519.

Un regret toutefois : la lecture des « réflectographies » infrarouge, censées révéler les nombreux « repentirs » et éclairer la technique du peintre, reste difficile et quelque peu frustrante, faute d’informations détaillées et sans la présence des œuvres originales à leurs côtés.

Draperie – Léonard de Vinci –
Détrempe sur toile de lin

Mais ne boudons pas notre plaisir de pouvoir contempler les « draperies », sublimes détrempes sur lin presque abstraites, où Léonard construit l’espace et le volume par la lumière. Il y a aussi ces superbes dessins préparatoires, révélateurs de l’immense maitrise de toutes les techniques : plume, sanguine, pointe d’argent et de sa liberté graphique… et ces nombreuses études à la limite du gribouillage, mais révélatrices d’un génie de l’art et des sciences, de toutes les sciences : anatomie, astronomie, botanique, géométrie, mécanique, hydrologie, optique, ornithologie, zoologie…

Et surtout laissons nous troubler par les portraits aux regards ambigus de la Belle Ferronnière et du Saint Jean Baptiste, ou attendrir par la grâce de la Vierge au fuseau et de la Sainte Anne que l’on ne verra jamais aussi bien qu’au cœur de cette exposition.

St Jean Baptiste
La Belle Ferronnière

Exposition LÉONARD DE VINCI (1452 – 1519) – Musée du Louvre – jusqu’au 24 février 2020

Pour en savoir plus, regarder la vidéo de présentation de l’exposition : https://youtu.be/vt44SJf5oZI

Et lire la foisonnante biographie romancée de cet inventeur virtuose qui voulait tout connaitre, tout essayer, tout explorer : L’obsession Vinci de Sophie Chauveau – Ed. GALLIMARD Folio

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*