Le dernier hiver du Cid

Jérôme Garcin brille à évoquer ses chers disparus : « Spécialiste des vies brèves » comme il se caractérise lui-même, après avoir évoqué son père, mort à 45 ans, dans « La chute de cheval », puis son frère jumeau, mort à 6 ans, dans « Olivier », l’auteur s’attache cette fois à la disparition fulgurante de son beau-père Gérard Philipe, célébrissime comédien de théâtre et de cinéma, mort en 1959, à l’âge de 36 ans.
A la fois sensible, pudique et émouvant, ce récit nous fait partager les derniers mois du couple Anne et Gérard Philipe. Anne avait choisi de cacher à son mari qu’il était condamné par un cancer foudroyant. Mais « comment jouer la comédie devant un tel comédien ? » s’interroge Garçin.


Gérard Philipe a été emporté par une embolie, après 3 semaines d’hospitalisation. Selon son souhait, il est enterré dans le petit cimetière de Ramatuelle, dans son costume du Cid, auquel il a assuré un immense succès populaire et à qui le public l’a longtemps identifié.
Jean Vilar, directeur du TNP, a dit : « La mort a frappé haut ». En refermant ce livre, 60 ans après, l’émotion reste intacte.

Gérard Philipe en costume de RODRIGUE pour LE CID

Le dernier hiver du Cid – Jérome Garçin – Gallimard

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*