Fontaines, nous ne boirons pas de votre eau… au Rond-Point des Champs-Elysées

En Mars dernier, la Maire de Paris a inauguré les nouvelles fontaines du Rond-Point des Champs Élysées. Les parisiens ont découvert, un beau matin, ou un soir, en passant par ce rond-point situé dans la partie basse des Champs-Elysées, plusieurs groupes de de mats métalliques, qui tournent sur eux-même et d’où s’échappent une mince chute d’eau. A la nuit tombée, l’ensemble est éclairé par des lignes de cristaux lumineux…

Ces 6 soi-disant « fontaines », en bronze et en cristal, sont l’œuvre des designers Erwan et Ronan Bouroullec, qui ont tout inventé, de la forme au mécanisme en passant par l’éclairage.

L’eau monte à travers le mat central en bronze pour s’écouler ensuite dans 3 branches en cristal, et finir en cascade sur les quatre derniers mètres. Chaque fontaine fait 13 mètres de haut, l’équivalent de quatre étages. Les fontaines dépassent les réverbères d’un mètre cinquante, mais restent en-dessous des arbres.

Selon leur créateurs : « Visuellement, ce projet paraît très simple, mais c’est comme un iceberg : tout est caché. Nous avons réinventé le système hydraulique et conçu chaque pièce en partant de rien. Et il y en a 5000 ! C’est un ouvrage complexe, assez proche de ce que l’on trouve dans l’aéronautique. 40 entreprises et 250 personnes ont travaillé dessus pendant 3 ans. Techniquement, ces fontaines sont tellement bien faites que l’on ne se rend pas compte de tout le travail qu’elles ont demandé. C’est peut-être une erreur ».

C’est bien le problème !!! A la vue de cet ensemble filiforme et raide, VISIT’ART ne peut s’empêcher de leur trouver une ressemblance troublante avec une série de… douches…

Autre sujet d’étonnement : le soi-disant « cristal » utilisé pour cette commande a été fourni par SWAROVSKI, entreprise autrichienne, et n’est en fait que du verre, du strass… Comme si nous n’avions pas en France de cristallerie ou de verrerie capable de réaliser ces éléments, comme LALIQUE, SAINT-LOUIS, BACCARAT, DAUM…

Coût total du projet : 6,3 millions d’euros. Entièrement financé (parait-il) par une fondation privée, qui rassemble de prestigieux mécènes français et étrangers, et aurait bénéficié d’un généreux apport d’un pays du Golfe… Nous voilà rassurés, cet ensemble prestigieux n’a rien coûté au contribuable parisien !

Et maintenant, à vous de juger !!! Et de nous faire part de vos impressions…

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*