Helena Rubinstein. L’aventure de la beauté

Pour la première fois en France, le MAHJ consacre une exposition à Helena Rubinstein (1872-1965). Plus de 300 documents, objets, vêtements, photos, gravures, ouvrages, peintures, sculptures, tapisseries – et notamment des œuvres de Marc Chagall, Michel Kikoïne, Sarah Lipska, Louis­ Marcoussis, Elie Nadelman ou Maurice Utrillo, provenant de sa célèbre collection personnelle – retracent le parcours de ­celle que Jean ­Cocteau nommait « l’impératrice de la beauté ».

Née à Cracovie à la fin du XIXe siècle, dans une modeste famille juive orthodoxe, Helena Rubinstein, fondatrice d’un empire auquel elle a donné son nom, a ­réinventé la culture de la beauté en l’adaptant à la modernité. Visionnaire, elle met la science au service de la cosmétique dès la création de son premier institut, à Melbourne, en 1902. En précurseure, elle montre aux femmes comment prendre soin d’elles, attentive à ce que la beauté, « ce ­nouveau pouvoir « , accompagne leur émancipation.

H.R. avec Dali et Frida Kahlo

Femme d’avant-garde, Helena Rubinstein collectionne très tôt les arts premiers et la peinture, pose pour Raoul ­Dufy, Salvador Dalí ou Marie Laurencin, s’habille chez les plus grands couturiers de son temps – Poiret, Balenciaga, Chanel, Dior –, vit entre New York, Londres et Paris, qu’elle affectionne particulièrement. C’est là que voit le jour sa grande et éclectique collection d’art, qui va des peintres de ­l’École de Paris à Pablo Picasso, de Fernand Léger à George Braque. C’est aussi à Paris que naît son amitié pour de nombreux artistes dont elle devient le mécène attentionné.
Passionnée d’architecture et d’arts décoratifs, elle est aussi la commanditaire de salons de beauté et d’immeubles à des architectes du mouvement moderne.

Bijoux d’H.R.

« Helena Rubinstein. L’aventure de la beauté » relate les étapes de­ la vie de cette femme d’exception dans les villes qui ont compté pour elle : Cracovie, Vienne, Melbourne, Londres, Paris, New York et Tel-Aviv.

Du 20 mars au 25 août 2019

MAHJ – Musée d’Art et d’Histoire du Judaïsme

71, rue du Temple – 75003 PARIS

https://www.mahj.org/sites/mahj.org/files/atoms/files/dp_helena_rubinstein.pdf

1 Comment

  1. Avant-garde in spirit, Helena Rubinstein began collecting the primal arts and paintings early on, posed for Raoul Dufy, Salvador Dali and Marie Laurencin, wore the creations of the greatest couturiers of her time (Poiret, Balenciaga, Chanel, Dior) and divided her time between New York, London and Paris, the city she particularly loved. It was there that she amassed her vast, eclectic art collection, ranging from the painters of the School of Paris to Pablo Picasso, Fernand Leger and George Braque. It was in Paris that she became friends with the many artists for whom she became a considerate patron.

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*