« Quelque part dans le désert » : RON AMIR, photographe témoin

Composée de trente photographies grand format en couleurs et de six vidéos, cette exposition évoque les conditions de vie de réfugiés venus du Soudan et de l’Erythrée, alors qu’ils étaient retenus dans le centre de détention de Holot, situé dans le désert du Néguev et aujourd’hui fermé. Ces migrants avaient fui vers Israël pour échapper à la terreur et à l’oppression dans leur pays d’origine et n’étaient pas autorisés à vivre ou travailler légalement en Israël.

Les photographies de Ron Amir, datant de 2014-2016, documentent les activités de ces réfugiés. Elles montrent comment, en plein désert, et sans ressources, les réfugiés ont tenté de développer une vie commune et quotidienne : Utilisant des bâtons, du sable, des pierres et toutes sortes d’objets abandonnés, ils sont parvenus à construire des huttes communautaires ainsi que des salons de thé, des bancs, des salles de sport, des fours improvisés et d’autres équipements qui viennent compléter les équipements sommaires prévus à Holot.

Alors que les hommes eux-mêmes ne sont pas visibles sur les photographies, leur créativité, leur instinct de survie et leur sensibilité sont évidents dans les représentations de Ron Amir. Ce qui ressemble de prime abord à une photographie de paysage se révèle dans un second temps être une photo témoin, empreinte de l’attente avant la libération, du vivre ensemble et de l’espoir d’un foyer.

Cuisine – 2015

Cuisine - 2015

 Les prises de vues frontales, à la lumière atténuée, réalisées à la chambre 4×5, issues du style documentaire, sont transformées par le photographe qui adapte ces techniques à un sujet d’actualité plus souvent traité par le photo-journalisme.

Elles véhiculent plusieurs messages simultanément. Elles témoignent de la détresse sociale tout en racontant la créativité foisonnante des personnes qui la subissent. Elles sont à la fois un document et une métaphore.

Ron Amir, né en 1973, est une voix singulière de la photographie contemporaine en Israël. Connu pour ses projets à long terme de photographie engagée socialement, Ron Amir a présenté son travail dans de nombreuses expositions individuelles et collectives, en Israël et à l’étranger. Il vit et travaille à Tel Aviv.

VISIT’ART, entré par hasard dans ces salles du Musée d’Art Moderne, a éprouvé une émotion immédiate à la vue de ces grandes photographies en couleur. Shootées en plein désert, elles évoquent fortement, mais sans pathos, la vie quotidienne de ces êtres oubliés, et sont témoins d’une longue attente patiente et créative.

Ron Amir : Quelque part dans le désert
Du au
Musée d’Art moderne de la Ville de Paris

Pour en savoir plus, ou si vous avez raté cette exposition, allez voir la vidéo de présentation de l’exposition : http://www.mam.paris.fr/fr/expositions/exposition-ron-amir
Et offrez-vous le catalogue où les photos sont admirablement reproduites.
Ron Amir : Quelque part dans le désert
Editions Paris-Musées

1 Comment

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*